Dans le cadre du Printemps des poètes 2018 : L’ardeur

 

Poèmes de Shahrzad Fathi alias Newton’s Apple

 

 

Avec

 

Shahrzad Fathi                   chant
Léo Brunet                        luth
Marie-José Pillet   gants dessinateurs

 

 

 

Est-ce possible de retranscrire un poème au travers d’une traduction ? se demande Shéhrézade.

Je suis sceptique. Ce ne sont pas que des mots, mais aussi des codes, des clins d’œil, des index qui font référence à des univers invisibles et indéfinissables, se répond-elle.

Et si on pouvait partager la poésie par des regards, par des gestes, par des images, par des notes, par la voix …, se demande-elle à nouveau.

Je ne sais pas. Laisse-moi ! On verra, s’interrompe-t-elle.

 

 

 

Prélude

 

La première pièce de ce soir est un poème moderne que Shéhérazade a écrite, à l'âge adulte, à propos de sa propre naissance.

Comme toujours, je ne vous donnerai pas une traduction ... mais seulement quelques phrases clé :

Un petit matin de printemps,

la brise caresse les visages jeunes des bourgeons ;

le silence de la ville est cassé par la discution vague des moineaux ;

venue comme un point qui allait se perdre dans ce monde à multiples dimentions ;

venue comme une goutte qui allait se fondre dans l'immensité de cet océan.

 

Prélude

 

La 2ème pièce de ce soir est un poème classique qui parle du printemps et musicalement, nous l'avons traité comme un chant de sorcière qui fait appel au printemps.

 

Bande son  complète

CONTACT :

shahrzad.fathi@ensapc.fr

EN COURS :

 

Ecriture du long-métrage

Shéhérazade au pays des gaulois

 

 

Montage du court-métrage

Mon éventuel futur bienaimé